Carmen de L'Invention della Neve et Caterino Lamanna de Palazzina Laf gagnent

La première édition du se terminera ce soir à 21h00, au cinéma Odéon de Vicence Prix ​​Carlo Mazzacurati, promu par l'École de Cinéma Carlo Mazzacurati et le Cinéma Odéon de Vicence. Le prix est décerné au meilleur personnage d'un film sorti au cours de la dernière saison.

Le Jury Officiel du prix, composé de Francesca Archibugi, Gian-Luca Farinelli, Massimo Gaudioso Et Lucie Mascinoa décerné le prix ex-equo au personnage de Carmen (interprété par Elena Gigliotti) dans le film L'invention de la neige De Vittorio Moroni, et à celui de Caterino Lamanna (interprété par Michele Riondino) dans le film Bâtiment Laf, dirigé par Michele Riondino. Voici les raisons :

Carmen de L'Invention de la Neige est une femme imparfaite, une âme profondément morale dans un monde qui ne sait pas comment être, elle est à la recherche d'une harmonie perdue et d'un rêve impossible. On ne peut rester indifférent à l’énergie tendre et malade qui s’en dégage. Carmen est un personnage qu'on ne peut oublier, qui parle, raconte et crie d'une manière unique, comme elle seule sait le faire.

Caterino Lamanna de Palazzina Laf est un personnage à la fois simple et difficile, qui témoigne d'une réalité douloureuse dans notre pays : le monde du travail chez Ilva à Tarente. Caterino Lamanna trouve son originalité personnelle et fait de la survie sa vie. Une vie qui ne peut avoir lieu qu’à l’intérieur de l’usine, où le bien et le mal, le bien et le mal se touchent et se mêlent à une forte humanité. Un personnage italien rare car il ne craint aucune vérité, il n'a pas peur d'être jugé parce qu'il ne juge pas. Sa toux dans les séquences finales a de quoi nous rappeler une réalité qui se profile.

Le film Les pionniersdirigé par Luca Scivolettoa été récompensé comme meilleur film cachémention spéciale décernée par le Jury Préliminaire avec la motivation suivante :

C’est un film qui rassemble tous les âges et qui, malgré les apparences, rassemble aussi des idées différentes. Il les accepte avec une tolérance naturelle et une douceur spirituelle, à une époque où la vie politique peut influencer de manière décisive les relations familiales et amicales. On rit volontiers et on réfléchit aux naïvetés qui créent les divisions, mais toujours dans le respect. Casting d'adultes et d'enfants de haut niveau, en parfaite harmonie avec l'ironie du film qui, plaisantant sur les mythes d'une rectitude politique intouchable, les met en scène avec aisance pour demander où est la lumière.