« J’ai essayé de faire du bon travail »

Personnage célèbre de la télé et du web, Benedetta Rossi il ne manque pas dans de nombreuses cuisines avec son livre «  », mais il est une présence multimédia grâce à son programmes télévisés de cuisine: il s’essaye au pour la première fois doublageplus précisément le Voix off italiennePour Kina et Yuk – Découvrir le mondenouveau film de l’auteur de Aïlo. C’est l’histoire de deux renards polaires que le changement climatique oblige à rompre avec, pendant une période courte, dramatique et difficile. Les animaux et la nature font autant partie de la vie de Benedetta que la cuisine (ceux qui la suivent le savent), et lors de la conférence de presse, elle s’est révélée plus que digne d’être une influenceuse, dans le meilleur sens du terme.

Benedetta Rossi pour Kina et Yuk : « J’ai tout de suite accepté, j’ai tout de suite ressenti une grande empathie pour ces renards »

Benedetta Rossinous explique-t-il en conférence de presse, ce n’est pas une personne impulsive: réfléchissez bien lorsqu’il s’agit de démarrer un nouveau projet, mais lorsqu’on vous a proposé le voix off Pour Kina et Yuk – Découvrir le monde De Guillaume Maidatchevski, il n’y a pas réfléchi à deux fois. Quelques séquences originales ont suffi à la convaincre : « J’ai accepté immédiatementce n’est pas comme moi, j’ai essayé tout de suite empathie pour ces renards » Benedetta a été fascinée avant tout par l’effort que fait le film pour exprimer un autre angle sur des sujets dont nous parlons souvent :  » Je suis né et élevé à la campagneje souhaiterais que tous les enfants grandissent en marchant pieds nus sur la pelouse, comme je l’ai fait. » changement climatiqueavec une dissolution anticipée du Glaciers du Yukonsépare le quelques renards formé par Kina (enceinte) et Yuk. « Je vois le changement, dans le comportement des abeilles, des arbres, dans le manque d’eau. Il faut aussi voir les problèmes du point de vue des animaux. C’est un mission importantemais dit avec des mots simples ». Benedetta nous dit que aime voyagerqu’il trouve fondamental pour un concept très proche du fond du film : « Je voyage pour voir la nature. Le voyage est leopportunité de comprendre que vous n’êtes pas au centre du monde. Comme quand on vous dit : dans aucun pays au monde on ne mange mieux qu’en Italie ! Je dis : parlons-en… ». Simplicité et authenticité de l’âme ce sont les qualités que Benedetta veut incarner, car – explique-t-elle – il croit à l’exemple et non à la réflexion: « Même dans les vidéos, je voulais aider les gens cuisiner en leur montrant simplement comment le faire, sans parler. Sauf qu’à ce moment-là, les gens voulaient aller au-delà des mains, ils voulaient voir ton visage. »

Benedetta Rossi, un nouveau défi et une recette pour survivre aux critiques en ligne

Mais vraiment personne ne l’a fait blagues au vitriol sur l’implication de Benedetta Rossi comme, comment comédienne de doublage? Evidemment oui, mais elle d’abord ce n’est jamais pris pour acquis: elle a prolongé l’engagement d’un jour de plus que prévu, après que l’équipe de doublage lui ait dit que «  », répond-elle avec autodérision. Il a essayé de entretenir son ton en nettoyant l’accent des Marches, respiration par le diaphragme (ce qui lui est difficile à cause de son anxiété). « J’entre dans cet environnement et j’en sors sur la pointe des piedssi mon nom amène au moins une personne de plus au cinéma, c’est une bonne chose. » Par contre, dans toutes ses initiatives, on lui disait durement que il est entré dans des mondes qui n’étaient pas le sien: elle n’était pas une vraie cuisinière, elle n’était pas une vraie écrivaine, elle n’était pas une vraie présentatrice… autant de rôles qu’elle a fini par incarner en plus de dix ans d’activité.
Il se sent responsable : « Je n’ai pas pensé à impliquer des jeunes ni même des enfants. […] Les réseaux sociaux sont des espaces à utiliser sérieusementaprès la pandémie il y a eu une explosion de créateurs, je ne juge pas ça mais j’essaye de travailler du mieux que je peux, il faut avoir le responsabilité de la clarté. […] Je n’ai pas dormi de la nuit quand j’ai vu qu’un post avait 8 millions de vues : et si je dis quelque chose de stupide? […] À la télévision, les attaques ne vous parviennent pas, sur les réseaux sociaux, c’est différent. Je fais face aux critiques en restant terre-à-terre. Il faut être un peurigide« Pour permettre aux critiques de s’imposer, les difficultés face aux intimidateurs deviennent des opportunités. » Des opportunités de comprendre, explique-t-il, quelle est l’essence de vous-même ou de vous-même que personne ne pourra jamais rayer. Les retours constructifs existent, mais avant même de communiquer il faut savoir écouter (« dans les cours pour pénétrer dans les médias sociaux, on ne vous le dit jamais »), pour réguler correctement cette clarté mentionnée ci-dessus. Et tu ne dois jamais sacrifier les tiens unicité: « On me dit qu’une minute sur Instagram fonctionne mieux, mais si j’ai besoin de 5 minutes pour bien expliquer quelque chose, je prends 5 minutes. » Clé importante ? Les vues et les abonnés ne sont pas des chiffres, ils doivent être pris en compte des personnes avec qui communiquer.