Le message vidéo fou de Miyazaki vole la vedette

Le festival du film de Cannes assigné le deuxième Palme d'honneur de cette 77e édition. Après l'hommage au divin Meryl Streep il est temps de Studio Ghiblifondé par Toshio Suzuki, Isao Takahata et de la bien-aimée Hayao Miyazakidéjà vainqueur du Prix ​​Oscar il est né en Lion d'Or à votre carrière. Sur la scène de Grand Théâtre Lumièreils ont accepté le prix Kenichi Yoda de Nippon TV et le réalisateur Goro Miyazakifils de Hayao.

Le point culminant de la cérémonie aurait probablement dû être le précieux cadeau que les études ont apporté à l'événement. C'est à dire, le projection de quatre courts métrages écrit et réalisé par Hayao Miyazaki : Mei et le bus bébé chat, La maison de chasse, M. Dough et la princesse aux œufs Et Boro la chenille. Pour comprendre l'importance de l'événement, il suffit de savoir que trois des contributions, toutes provenant directement de Musée Ghibli de Mitaka, n'avait jamais été projeté hors du Japon.

L'usage du conditionnel est lié au fait que, qui a volé la scène, c'était en fait un vidéo posté par Hayao Miyazaki Et Toshio Suzuki pour remercier le festival du film de Cannes de cette importante reconnaissance. La vidéo, cependant, a immédiatement pris une tournure comique inattendue. Après un court discours, Suzuki a donné la parole à un Miyazaki très sérieux, qui l'a figé avec : « Je ne comprends rien. Mais merci ». Lorsque le collègue l'a informé que son fils Goro allait entrer France pour accepter le prix, le « père » de La ville enchantée commenté : « La pauvre ! », parmi les des rires divertir le public.

Suzuki a ensuite souligné que, pour la première fois, les courts métrages créés pour le musée Ghibli de Tokyo seraient projetés en Europe, comme le souhaitait Miyazaki. Dommage que Réalisateur oscarisé il l'a immédiatement nié, niant avoir jamais exprimé un tel désir. « C'est un mensonge – rétorqua Suzuki en riant – c'est pour cela que j'ai dû les proposer à tant de festivals ». La réplique hilarante de l’icône de l’animation ? « Oui, mais ils les ont toujours rejetés. » Après cela, même l’imperturbable Miyazaki ne put retenir son rire.

A la fin de la petite scène, aussi inattendue qu'hilarante, les deux fondateurs de Studio Ghibli, après avoir retrouvé leur sang-froid, ils ont remercié le Festival de Cannes en s'inclinant. Pour la première fois, l'événement a récompensé le Palme d'Or d'honneur à un groupepour sa contribution révolutionnaire au monde non seulement de l'animation, mais aussi du cinéma à 360 degrés.