Revue Limonov

Le Russe Kirill Serebrennikov adapte à sa manière le livre d'Emmanuel Carrère sur le controversé Eduard Limonov, en confiant le rôle du protagoniste à Ben Whishaw. Le film arrivera bientôt dans les cinémas italiens avec Vision. La critique de Limonov par Federico Gironi.

Je ne suis pas sûr que ce nouveau film de Kirill Serebrennikov sera en mesure de dire quelque chose de substantiel sur Edouard Limonov à ceux qui ne le connaissent pas. Et certainement avec le beau livre de Emmanuel Carrère qui raconte la figure complexe et controversée de l'histoire russe récente, ce film n'a pratiquement rien de commun, racontant une histoire tout à fait différente, avec un autre angle, avec d'autres objectifs.
D’un autre côté, c’est un film et non un livre. Et d'autre part, déjà dans le titre, c'est Limonov – La Balladeil est clair que ce nonIl ne s'agit pas d'un biopic traditionnel, mais plutôt d'une ballade (littéraire et musicale).
De Limonov, de sa vie, de son activité littéraire et politique, ce film ne donne que des impressions, des indices, des suggestions. Car ce qui est clair c'est que Serebrennikov se soucie moins de raconter un personnage, son œuvre, son idéologie que de le raconter avec un langage cinématographique singulier et bien défini..

Le réalisateur abandonne le ton du précédent La femme de Tchaïkovskiqui avait compressé le langage cinématographique en un paquet mélodique classique, et revient à l'exubérance indisciplinée, alcoolique, droguée et effrontément punk de La grippe de Petrov: un film qui, avec le recul, pourrait aussi être considéré comme une sorte de répétition générale pour ce Limonov.
Serebrennikov emprunte à son protagoniste ce qu'il considère comme important : un vitalisme exagéré, une rébellion incessante (et peut-être une fin en soi), une anarchie indisciplinée, l'envie de provoquer et de toujours faire le contraire de ce qu'on attend.. Limonov avance sans cesse, sans pause, sans fil logique autre que celui du désir inconstant et imparable de son protagoniste de suivre son instinct, sa distraction, sa suggestion momentanée et fugace, son désir de changer de soirée, de lieu, d'amis ou de vie, dans l'espace. d'une seconde

Eduard Limonov était dominé par une attitude punk sincère, et cette même attitude est celle du film qui le raconte et qui raconte la mélancolie et la solitude qui sous-tendent la rébellion.. Le punk de Serebrennikov s'exprime donc dans la manière de bouger la caméra, dans le montage, dans le jeu des acteurs bien sûr, mais aussi, et surtout dans le long intermède new-yorkais, dans la manière dont le personnage et l'histoire interagissent avec la scénographie : presque comme pour dire que Limonov était un personnage trop agité, trop calme, trop explosif pour être contenu dans une structure cinématographique et physique traditionnelle.. Dans un décor traditionnel.

Vers la fin de ce film hyperkinétique, désespéré, vulgaire, passionné, contradictoire, capable par moments d'un charme pervers comme celui du personnage qu'il racontealors que même la faim de vie et d'expériences de Limonov semble s'être apaisée et transformée en une soif de pouvoir et de reconnaissance, au moment où il Serebrennikov aborde ensuite, avec une étonnante fugacité, la phase politique de son protagonistela prison et ce qui a suivi, le film s'ouvre d'un coup, et de manière presque vertigineuse, sur un abîme qui est celui que représente la Russie d'aujourd'hui, la Russie de Poutine, la Russie qui a envahi l'Ukraine et qui avant même l'invasion il avait utilisé Limonov et ses hommes dans le Donbass.

Dans ce cas également, Serebrennikov ne révèle rien de nouveau, mais c'est sans doute sa façon de raconter, une fois de plus, sa dissidence intellectuelle envers la politique et le leader de son pays. Un pays qui avait en Eduard Limonov l’incarnation de contradictions et de névroses anciennes, mais encore plus contemporaines.